Guerre,  Mobilisations,  OTAN,  Troisième guerre mondiale

Un nouveau pays de l’OTAN évoque une très prochaine guerre avec la Russie : après la Suède, l’Allemagne, le Royaume-Unis, voici le tour de la Roumanie

Publié par Newsweek le 1er février 2024

Un autre pays de l’OTAN met en garde contre une guerre potentielle avec la Russie

La Roumanie a rejoint jeudi [1er février 2024] la liste de plus en plus longue des pays de l’OTAN dont un haut responsable a mis en garde contre la possibilité d’une guerre avec la Russie.

Le général Gheorghiță Vlad, chef de la défense roumaine, a déclaré lors d’une interview avec Europa Liberă România – un service d’information de Radio Free Europe/Radio Liberty – que son pays n’est actuellement pas préparé à la perspective d’une guerre avec la Russie et a averti qu’il devait prendre une telle menace au sérieux.

L’avertissement de Vlad fait suite aux remarques faites la semaine dernière par le général Patrick Sanders, chef de l’armée britannique, qui a appelé les autorités britanniques à se préparer à une mobilisation massive en raison de la possibilité que le conflit actuel de la Russie en Ukraine s’étende à d’autres pays.

Avant que M. Sanders ne fasse ces commentaires, le ministre allemand de la défense, Boris Pistorius, a déclaré dans une interview publiée le 19 janvier [2024] qu’une attaque russe contre l’OTAN pourrait se produire dans les « cinq à huit prochaines années », tandis que l’amiral néerlandais Rob Bauer a déclaré le mois dernier que l’OTAN devait se tenir prête au combat.

« La Fédération de Russie est devenue un problème pour l’ordre mondial, pour la démocratie », a déclaré Vlad à Europa Liberă România. « En fait, il s’agit d’une guerre de la Russie contre le monde démocratique. Il ne s’agit pas d’une guerre contre l’Ukraine.

Newsweek a contacté les ministères de la défense roumain et russe par courriel jeudi soir pour obtenir des commentaires.

En ce qui concerne la possibilité que le président russe Vladimir Poutine entre en guerre ailleurs, Vlad a déclaré que « la population roumaine, comme l’ensemble de la population de l’Union européenne, de l’Europe, doit être préoccupée ».

« S’il [Poutine] gagne en Ukraine, la cible principale sera la République de Moldavie. Nous assisterons à des tensions dans les Balkans occidentaux », a-t-il poursuivi. « Je suis plus que convaincu que la politique du président Poutine va s’intensifier dans un avenir proche.

S’exprimant sur les débris d’un drone russe tombé en Roumanie en septembre, Vlad a affirmé que son pays « n’avait pas de systèmes de combat » et a déclaré que des réformes juridiques devraient être adoptées pour que la Roumanie puisse mieux contrecarrer les attaques de drones.

M. Vlad a cité l’absence de service militaire obligatoire dans son pays pour expliquer qu’il n’était pas prêt au combat et a suggéré d’introduire une formation militaire de base volontaire pour les hommes et les femmes jusqu’à l’âge de 35 ans.

Le général roumain a également exhorté les pays de l’OTAN à envisager la mise en place d’un service militaire volontaire et a demandé aux alliés de l’OTAN de renforcer leurs stocks d’armes.

Parallèlement, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a qualifié en début de semaine l’OTAN de « menace » pour la Russie, avant de suggérer qu’il pourrait y avoir une réponse aux récentes actions entreprises par l’alliance.

Il a répondu à une question sur l’exercice militaire de l’OTAN « Steadfast Defender 2024 ». L’opération de l’alliance, qui a débuté la semaine dernière, implique environ 90 000 militaires de 31 alliés de l’OTAN et de la Suède.

« Bien sûr, l’OTAN est une menace pour nous. C’est ainsi que nous la traitons, et nous prenons constamment des mesures appropriées pour y faire face », a déclaré M. Peskov, selon l’Agence France-Presse (AFP).

Source en anglais : https://www.newsweek.com/another-nato-country-warns-war-russia-1866191