Guerre,  Mobilisations,  Troisième guerre mondiale

Les jeunes britanniques paniquent à l’idée d’une éventuelle conscription militaire en vue d’une guerre avec la Russie

Publié en anglais par ZeroHedge le 2 février 2024

À l’instar des américains de la génération Z qui se sont emparés des médias sociaux il y a quelques mois pour exprimer leur indignation après que des rumeurs ont circulé sur un éventuel enrôlement dans l’armée, les jeunes Britanniques sont également mécontents après que plusieurs représentants du gouvernement ont laissé entendre qu’une conscription nationale pourrait être nécessaire dans un avenir proche pour combattre la Russie.

Le chef de l’état-major général, le général Sir Patrick Sanders, a laissé entendre que les Britanniques, hommes et femmes, pourraient être appelés sous les drapeaux en cas de guerre. Le chef de l’armée britannique a déclaré que les citoyens britanniques devraient être « formés et équipés » pour combattre dans un conflit potentiel entre l’OTAN et les forces de Vladimir Poutine. Le problème auquel se heurtent apparemment les hauts gradés de l’armée britannique et les dirigeants politiques est la diminution constante du nombre de recrues. Ils ne parviennent pas à comprendre pourquoi personne ne veut se battre pour eux.

Dans une interview accordée à Sky News, l’ancien commandant en chef de l’OTAN, le général Sir Richard Sherriff, s’est fait l’écho de la position de M. Sanders et a suggéré que la conscription involontaire pourrait être nécessaire pour remplir les rangs de l’armée britannique.

« Je pense qu’il nous faut dépasser de nombreux blocages culturels et hypothèses, et franchement penser à l’impensable… Je pense que nous devons aller plus loin et examiner attentivement la question de la conscription… »

Cette idée a été reprise par des fonctionnaires du gouvernement britannique ainsi que par d’anciens dirigeants politiques comme Boris Johnson, qui a publié un article décousu dans le Daily Mail, dans lequel il présente la conscription comme une opportunité pour les jeunes Britanniques. Boris Johnson salue l’idée d’une « armée de citoyens », la faisant ressembler à une milice à l’américaine où les jeunes peuvent apprendre les armes et les tactiques pour défendre la patrie.

En réalité, selon Sanders, ce n’est pas le cas. Au contraire, la probabilité que les jeunes soient envoyés se battre dans des pays comme l’Ukraine serait élevée. Les jeunes Britanniques ne l’entendent pas de cette oreille.

Certains adoptent une approche sarcastique de la question (comme aux États-Unis, la génération Z en Grande-Bretagne revient souvent à l’affirmation qu’elle est « trop gay pour se battre »), mais beaucoup présentent des aperçus sérieux de la perception zénophile des guerres menées par le gouvernement. Le refrain le plus courant est « Pourquoi devrions-nous aller mourir dans une tranchée dans un pays étranger pour une bande de riches élites ? ». C’est un argument valable.

Le tollé général a incité le porte-parole du Premier ministre Rishi Sunak, Max Blain, à faire une déclaration niant tout projet de service militaire forcé à l’heure actuelle. Mais le fait qu’un si grand nombre de fonctionnaires soient prêts à aborder la question aussi publiquement suggère qu’un plan est peut-être en cours d’exécution.

Toutes ces discussions sur la conscription interviennent au moment où les États-Unis vont installer des armes nucléaires sur le territoire britannique, après les avoir retirées il y a 15 ans. Ce n’est probablement pas non plus une coïncidence si les bruits de sabre se multiplient en Europe alors que le soutien américain à l’Ukraine s’amenuise. Des centaines de milliards de dollars d’armes et d’aide ont été envoyés à l’étranger en vain, les perspectives de guerre de l’Ukraine s’assombrissent de mois en mois et la « contre-offensive » tant annoncée s’est soldée par un échec cuisant.

La machine de propagande exploite le vieux récit de l’époque du Viêt Nam sur « l’effet domino », affirmant que Poutine a l’intention d’avancer ses forces sur l’Europe après avoir pris l’Ukraine. Il n’existe absolument aucune preuve concrète à l’appui de cette prédiction, mais les faucons de guerre des États-Unis et de l’UE la répètent souvent.

Le fait de laisser entendre qu’il existe un projet militaire peut également être un moyen pour les responsables d’effrayer le public afin qu’il soutienne encore plus le financement et l’armement du gouvernement ukrainien, en partant du principe que si les Ukrainiens perdent, les Occidentaux seront forcés de se battre à leur place.

La grande question est de savoir si l’establishment est vraiment prêt à une escalade. L’establishment est-il vraiment prêt à transformer la guerre par procuration en Ukraine en une troisième guerre mondiale en envoyant ouvertement des troupes sur le terrain ? Il semble qu’ils veuillent insister sur ce point, mais qu’ils n’aient pas les moyens d’étendre efficacement le champ de bataille. La conscription pourrait résoudre leur problème. Une résistance publique massive pourrait être la seule chose qui sépare la planète d’un conflit mondial dévastateur. Comme le dit le vieil adage, « Et si on donnait une guerre et que personne ne se présentait ? ».

Source en anglais : https://www.zerohedge.com/geopolitical/british-zennials-panic-over-talk-potential-military-conscription-war-russia