Effets secondaires,  Vaccins,  Vidéos

Professeur Peyromaure sur CNews : 1 effet indésirable sur 4000 injections, à court terme. Et on ne sait rien pour le moyen et long terme.

Le Professeur Michaël Peyromaure est le chef du service d’urologie de l’hôpital Cochin de Paris. Il est interviewé sur CNews. L’émission date du 15 février 2022.

Vidéo (durée 2 min) :

Source : https://twitter.com/verity_france/status/1533360768703397888?cxt=HHwWgICwsdffy8cqAAAA

Journaliste :  » Ce que vous nous dites, juste pour être sure de comprendre, c’est que pour cette tranche d’âge (NDLR : les moins de 60 ans), il n’y a aucun bénéfice et il y a un risque, même s’il n’est pas très élevé, c’est 0,025% …  »

Pr Peyromaure : « Il n’est pas très élevé mais il n’est pas marginal. C’est 1 sur 4000. Ce n’est pas rien. Sans parler des potentiels effets secondaires à moyen et à long terme. Parce que là, on parle uniquement des effets secondaires immédiats ou presque. Personne aujourd’hui ne peut dire – je ne dis pas que ça va arriver – mais personne ne peut dire que à deux ans, trois ans, quatre ans, on ne verra pas apparaître des effets indésirables liés au vaccin.  »

Journaliste : « Personne ne peut le dire ça ?  »

Pr Peyromaure : « Personne ne peut le dire puisque ce vaccin n’est disponible que depuis un peu plus d’un an. Ce serait quand même très prétentieux d’affirmer haut et fort qu’il ne se passera rien. Je trouve quand même, si vous me permettez, qu’on est passé dans cette gestion de l’épidémie, d’un extrême à l’autre. Au début, c’était le principe de précaution absolu, à l’excès : le confinement, un virus circule, « oh là là, c’est terrible », on enferme les gens. C’était du sur-principe de précaution. Je trouve qu’aujourd’hui, on ne respecte plus aucun principe de précaution paradoxalement. Puisque vacciner en masse avec un produit dont on ne connait pas les effets à moyen et à long terme, ça ne s’appelle pas de la précaution.  »

Pr Peyromaure, CNews

Journaliste : « parce qu’on a toujours dit que, dans la balance bénéfice/risque, le bénéfice l’emporte toujours, même si on n’est pas la cible prioritaire. Moi, j’en suis restée à ce discours-là. Donc, vous, vous nous dites : non ?  »

Pr Peyromaure : « Tous les vaccins qui ont été rendus obligatoires – diphtérie, tétanos, polio … – étaient déjà largement éprouvés avant d’être mis sur le marché. Ils ont des effets secondaires qui sont quasiment nuls. Ils protègent à 100% de la maladie et ils protègent très très largement des transmissions. Ça n’est pas le cas de ce vaccin contre le Covid. Il ne protège pas véritablement de la maladie, ou en tout cas, très peu de temps. Il protège uniquement des formes graves mais pas à 100%. Et il ne protège pas ou très peu de la transmission. C’est quand même un drôle de vaccin !  »

Pr Peyromaure, CNews

Source vidéo

Voir l’émission en entier sur YouTube (date : 15 février 2022) : https://www.youtube.com/watch?v=25USQCdWewE&feature=youtu.be