PLandémie,  Vaccins

Votre passe vous coûte trop cher ? Vous pouvez résilier votre abonnement à tout moment

Publié le 25/11/2021 Auteur(s): Marilis Valo, pour FranceSoir

TRIBUNE — Avez-vous déjà vécu le cauchemar d’une tentative de résiliation de votre ligne mobile ou de votre accès à Internet ?

Si c’est le cas, le souvenir en est certainement cuisant. À cause de cette mauvaise expérience, vous pourriez croire qu’il en va de même pour l’abonnement au passe sanitaire.

En fait, résilier son passe est beaucoup plus facile que résilier sa box. Aucun besoin de pester par téléphone parce que les modalités de résiliation ont (encore !) changé, ni  d’expédier un recommandé AR, même pas à renvoyer (dans sa boite d’origine) un appareil qui vous avait été loué par votre fournisseur d’accès.



Contrairement à une offre de service classique, avec le passe, votre résiliation est immédiatement prise en compte dès lors que vous cessez de payer, c’est-à-dire, dès lors que vous arrêtez les injections.

M. Véran vient d’annoncer aux Français de 18 ans et plus, que leur passe sera automatiquement désactivé au bout de sept mois en cas de non-injection de la 3ᵉ dose.

Actuellement, 36 pays tentent tant bien que mal de réactiver l’efficacité évanescente des deux premières doses de vaccin par l’injection d’une troisième. Pourtant, souvenez-vous : pendant des mois, à de nombreuses reprises, l’OMS avait fermement condamné l’administration de cette 3ᵉ dose au motif que le vaccin fonctionnait parfaitement, et qu’il aurait été plus charitable de distribuer ces doses à ceux qui n’avaient pas eu la chance d’en recevoir une seule.

Mais, nouveau rebondissement en octobre dernier : l’OMS change soudain d’avis et se déclare désormais en faveur du « booster » 3ᵉ dose, annonce qui lui donne incidemment la possibilité ultérieure de préconiser une 4ᵉ injection.

Il est intéressant de noter à ce sujet que le CDC américain recommande depuis fin octobre l’injection d’une 4ᵉ dose, une sorte de « booster de booster » aux personnes dont le système immunitaire n’est pas au meilleur de sa forme. Les États-Unis marchent ainsi sur les pas d’Israël, dont le directeur-général du ministère de la Santé, déclarait en septembre dernier, parlant de l’inévitabilité de la 4ᵉ injection : « Nous ne savons pas quand cela se produira ; j’espère vraiment que ce ne sera pas dans les six mois, comme cette fois-ci, et que la troisième dose durera plus longtemps… »

Depuis aujourd’hui, 25 novembre 2021, la 3ᵉ dose est donc une obligation pour chaque Français de plus de 18 ans qui a réellement besoin de son passe. Mais aussi pour ceux qui ont choisi de souscrire à l’offre « passe sanitaire » pour des raisons de confort. Qu’en sera-t-il de la 4ᵉ dose ? Deviendra-t-elle bientôt disponible elle aussi, puis recommandée, puis obligatoire pour conserver son passe ? L’avenir proche devrait nous éclairer sur ce point.

Il m’arrive souvent de ne pas acheter un objet bon marché, tout simplement parce que son prix, même très bas, me paraît trop élevé par rapport au bénéfice que je retirerais à le posséder.



Si vous commencez à estimer que la possession de votre passe vous oblige à le payer trop cher, et si vous soupçonnez que le prix pourrait continuer à monter, souvenez-vous que vous n’êtes pas obligés de le conserver, et que vous pouvez à tout moment résilier votre abonnement, d’un simple « non ».

Auteur(s): Marilis Valo, pour FranceSoir

Source : https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/abonnemment-passe-sanitaire