Vaccins

Les vaccinés COVID ont détruit leur système immunitaire avec les injections successives d’ARNm

Mercredi 23 mars 2022, par Mary Villareal

Selon un article rédigé par des scientifiques de l’Institut de virologie de Wuhan (http://english.whiov.cas.cn/), de nombreux patients présentant de graves symptômes du SRAS-CoV-2 souffraient également de “lymphopénie”, c’est-à-dire d’une dégradation de toutes les cellules lymphocytaires T importantes pour le système immunitaire.

Cette déplétion était due à l’apoptose, ou suicide cellulaire, des lymphocytes T après l’infection.

L’attraction exercée sur les lymphocytes T et la capacité à les infecter n’avaient aucun rapport avec la manière habituelle dont le virus COVID infecte d’autres cellules, comme les cellules pulmonaires, car les lymphocytes T ne possèdent pas les récepteurs nécessaires.

Cependant, le SRAS-CoV-2 détruit les lymphocytes T immunisés de la même manière que le virus de l’immunodéficience humaine.

https://dailyexpose.uk/2022/03/17/wuhan-lab-paper-covid-vaccine-hiv-aids/embed/#?secret=a0rnPFfWgC#?secret=i1SIMlzSAg

Les lymphocytes T sont les cellules responsables de la destruction des cellules infectées ou cancéreuses. Ils constituent un type de globules blancs qui protègent l’organisme contre les cellules cancéreuses et celles qui ont été infectées par des agents pathogènes, comme les bactéries et les virus.

Ces lymphocytes T se développent à partir des cellules souches de la moelle osseuse, et ils migrent vers le thymus par le sang. Le thymus fait partie du système lymphatique et a pour fonction principale de favoriser le développement des lymphocytes T matures, qui sont nécessaires à l’immunité à médiation cellulaire. Il s’agit d’un type de réponse qui implique l’activation des cellules immunitaires pour combattre l’infection. Les lymphocytes T ont pour fonction de détruire activement les cellules infectées et de signaler aux autres qu’ils doivent participer à la réponse immunitaire.

La recherche montre un déclin spectaculaire des lymphocytes T

L’ARTICLE MONTRE EN OUTRE QUE LES CELLULES T, AINSI QUE LES CELLULES CD4 ET CD8, CONNAISSENT UN DÉCLIN SPECTACULAIRE.

En expliquant comment ils ont effectué des tests génétiques pour s’assurer que les lymphocytes T sont réellement infectés, les chercheurs ont déclaré qu’ils ont analysé la présence d’antigènes viraux SRAS-CoV-2 dans les PBC à l’aide de la cytométrie de flux. Les résultats ont suggéré que les lymphocytes T étaient infectés, et chez un certain patient, les cellules T ont également montré des taux d’infection élevés. L’équipe a également confirmé la présence de l’antigène viral dans les lymphocytes T du sang des patients.

En préparant des sections pulmonaires post-mortem de patients ayant subi des injections mortelles, ils ont pu analyser l’infiltration des lymphocytes T et l’infection virale et ont constaté que l’infiltration des lymphocytes T dans la section pulmonaire était également positive pour la coloration NP du SRAS-CoV-2, ce qui indique que le virus a infecté le poumon.

L’ENSEMBLE DE CES RÉSULTATS A MONTRÉ LA PRÉSENCE DE L’ANTIGÈNE VIRAL DU SRAS-COV-2 DANS LES LYMPHOCYTES T, SOIT DANS LE SANG, SOIT DANS LA SECTION DES POUMONS DES PATIENTS COVID-19.

Selon les chercheurs, le VIH utilise également le même récepteur que le SRAS-CoV-2 pour pénétrer dans les lymphocytes et la même protéine gp120 pour faciliter son entrée dans les cellules, ce qui rend leur effet sur les lymphocytes similaire à bien des égards.

SIDA, cancer dus aux vaccins

Il a également été signalé que les vaccins COVID provoquaient des cancers et des cas de sida induits par les vaccins à un rythme alarmant. Trois dénonciateurs ont réussi à obtenir du ministère de la Justice des données sur les vaccins COVID-19 et leurs effets indésirables.

L’un de ces dénonciateurs est le médecin Ryan Cole, qui a également pris la parole lors du panel COVID du sénateur du Wisconsin Ron Johnson plus tôt cette année. Cole a dit qu’il avait remarqué que certains virus augmentaient, alors que seul un nombre limité de cellules T gardait les cancers sous contrôle. Sur les 40 000 biopsies qu’il a effectuées l’année dernière, le Dr. Cole a déclaré avoir observé de nombreux types de cancers chez les personnes vaccinées.

Le Dr Zev Zelenko, qui parle des effets négatifs des vaccins COVID, a déclaré qu’un vaccin pouvait endommager les gènes suppresseurs de tumeurs, et que les gens vaccinés tuaient essentiellement leur système immunitaire.

“ET C’EST POURQUOI IL Y A UN ÉNORME PIC DE CANCERS.

UN PIC ÉNORME DE MALADIES AUTO-IMMUNES, À TRAVERS CES INFECTIONS OPPORTUNISTES.

SANS PARLER DES CAILLOTS SANGUINS,

DES CRISES CARDIAQUES,

DES ACCIDENTS VASCULAIRES CÉRÉBRAUX,

DES MYOCARDITES,

DES FAUSSES COUCHES,

DES DYSFONCTIONNEMENTS OVARIENS ET TESTICULAIRES,

TRÈS PROBABLEMENT DE L’INFERTILITÉ ET DE L’AUGMENTATION DES ANTICORPS”,

A-T-IL DÉCLARÉ.

Source : https://cogiito.com/a-la-une/les-vaccines-covid-ont-tue-leur-systeme-immunitaire-avec-les-injections-successives/

Source en anglais : https://citizens.news/603476.html