PLandémie,  Vaccins

Canada : le gouvernement fédéral lève les dernières mesures frontalières, l’utilisation obligatoire de l’application et le port de masques

Publié par tnc news, le 26 septembre 2022

Le gouvernement Trudeau a annoncé la suspension des mesures frontalières restantes concernant le COVID-19, notamment l’obligation de vaccination, l’obligation de port de masque et l’utilisation obligatoire de l’application controversée ArriveCan.

Lundi, le gouvernement a annoncé qu’à partir du 1er octobre [2022], « tous les voyageurs arrivant au Canada n’auront plus à être vaccinés contre le COVID-19 pour entrer au Canada ou à satisfaire aux exigences de test, de quarantaine ou d’isolement du COVID-19 »

De plus, l’obligation de port du masque pour les avions et les trains prend également fin.

Si la suspension des mesures Covid restantes au Canada est une bonne nouvelle pour les voyageurs, le gouvernement s’est fait l’écho de l’affirmation du Premier ministre Justin Trudeau selon laquelle la pandémie n’est pas encore terminée.

« La pandémie de Covid-19 n’est pas encore terminée. Il est toujours possible qu’il y ait une résurgence des cas cet automne ou un nouveau variant préoccupant « , peut-on lire dans le communiqué de presse du gouvernement.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : LE CANADA LÈVE TOUTES LES EXIGENCES RELATIVES AU COVID POUR LES VOYAGEURS ENTRANT AU CANADA À COMPTER DU 1ER OCTOBRE.

L’UTILISATION OBLIGATOIRE DE L’ARRIVECAN ET TOUTES LES AUTRES EXIGENCES FÉDÉRALES EN MATIÈRE DE QUARANTAINE ET D’ISOLEMENT SERONT ÉGALEMENT LEVÉES. L’OBLIGATION DE PORT DU MASQUE POUR LES AVIONS ET LES TRAINS A ÉGALEMENT ÉTÉ SUSPENDU. PIC.TWITTER.COM/KUVUDTSECW

True North (@TrueNorthCentre) 26 septembre 2022
L’application controversée ArriveCan du gouvernement a causé des maux de tête à des millions de voyageurs entrant au Canada.

Bien que le ministre des Transports, Omar Alghabra, ait assuré qu’il n’y avait « aucune preuve » que l’application causait des problèmes aux voyageurs, de nombreux rapports ont fait état de passagers ayant eu des difficultés avec l’application, y compris un pépin dans l’application qui a indiqué à plus de 10 000 voyageurs entièrement vaccinés qu’ils devaient entrer en quarantaine obligatoire au début du mois.

L’application ArriveCan a également attiré l’attention de politiciens, d’experts et de groupes d’entreprises américains.

Elise Stefanik, membre du Congrès américain, a demandé l’arrêt de l’application ArriveCan, invoquant les problèmes rencontrés par les voyageurs américains.

Le Conseil des affaires canado-américaines a également demandé l’abandon de l’application gouvernementale, affirmant que l' »intégration transparente » des deux pays est menacée.

Dans une interview accordée à Andrew Lawton, Duncan Dee, ancien directeur de l’exploitation d’Air Canada, a déclaré que l’application était à l’origine de retards massifs dans les aéroports canadiens, affirmant qu’il fallait quatre fois plus de temps pour traiter les voyageurs qu’avant la pandémie.

Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles a déposé une contestation de la Charte contre l’exigence d’ArriveCan, affirmant qu’elle enfreint de nombreux droits de la Charte.

Source en anglais : https://tnc.news/2022/09/26/feds-border-covid1/

Traduction par la-verite-vous-rendra-libres.org avec Deepl Traducteur