PLandémie,  Vaccins

Suspendus : les travailleurs de la santé non vaccinés en Grèce pourraient reprendre leur poste d’ici la fin d’année. La France restera-t-elle le seul pays à suspendre les non vaccinés ?

Publié par Greek Reporter, le 5 octobre 2022

Les professionnels de la santé non vaccinés en Grèce qui ont été démis de leurs fonctions pour avoir refusé de se faire vacciner contre le COVID-19 seront autorisés à reprendre leur travail d’ici la fin de l’année, selon une annonce faite par le ministre de la santé Thanos Plevris.

Cette annonce a été faite après que les nouveaux cas de COVID-19 en Grèce aient continué à augmenter au cours de la semaine du 26 septembre au 2 octobre, selon le rapport hebdomadaire de l’Organisation nationale de la santé publique (EODY).

Environ 6 500 travailleurs de la santé du système national de soins de santé ont été suspendus en septembre 2021, lorsque le délai fixé par le ministère pour qu’ils se fassent vacciner a expiré. La moitié d’entre eux ont fini par revenir après s’être fait vacciner.

Des milliers d’agents de santé non vaccinés toujours suspendus

Environ 2 200 travailleurs de la santé non vaccinés sont toujours suspendus, dont 170 seulement sont des médecins, les autres étant des infirmiers et autres personnels paramédicaux et administratifs. En outre, environ un millier de personnes non vaccinées travaillent dans le système national de santé en utilisant un certificat de guérison.

« Au lieu de prendre la décision à la fin de l’année, nous examinerons les données épidémiologiques du mois d’octobre et, sur cette base, une décision sera prise quant à leur retour plus tôt ou non », a déclaré le ministre de la santé.

C’est la première fois que le gouvernement grec annonce officiellement que les employés non vaccinés pourraient revenir avant la fin de l’année.

En septembre dernier, plus de 5 895 agents de santé non vaccinés ont été suspendus. Ces suspensions faisaient suite à une nouvelle loi qui rendait obligatoire la vaccination des travailleurs de la santé sous peine de suspension de leur lieu de travail s’ils ne remplissaient pas leurs obligations en matière de vaccination.

La Commission des suspensions du Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative grecque, a rejeté les demandes soumises par les travailleurs de la santé qui tentaient de bloquer la loi rendant obligatoire la vaccination par le COVID-19 pour les employés du système national de santé. L’État a donc procédé à des suspensions.

Des médecins et des travailleurs de la santé manifestent devant le ministère grec de la Santé à Athènes. Crédit : Jebe38261846/Twitter

Des manifestations ont éclaté l’année dernière devant des hôpitaux dans tout le pays. Les manifestants se sont opposés aux vaccinations obligatoires et ont souligné les conséquences des licenciements massifs sur les services de santé du pays.


« Nous poussons les agents de santé à se faire vacciner, mais nous sommes contre la vaccination obligatoire, qui pose un problème démocratique », a déclaré l’an dernier Dimitris Kourouvalakis, membre du comité exécutif de la fédération.

Le gouvernement grec a tenté de trouver des mesures pour combler les lacunes. Ces mesures comprenaient la suspension des congés des agents de santé vaccinés afin de garantir que les services restent pleinement opérationnels. L’État a également procédé à un remaniement du personnel de santé dans les hôpitaux, à la fusion de cliniques, au remplacement des personnes suspendues par du personnel auxiliaire et à des partenariats avec le secteur privé.

En outre, le gouvernement grec a introduit un amendement à la loi selon lequel les travailleurs non vaccinés pouvaient reprendre le travail après avoir reçu leur première dose de vaccin. Les employés pouvaient rester à leur poste après la première dose, à condition d’effectuer leur deuxième injection par la suite.

Source en anglais : https://greekreporter.com/2022/10/05/unvaccinated-healthcare-workers-greece-return-posts/

Traduction par la-verite-vous-rendra-libres.org avec Deep Traducteur